Accueil Anti-infectieux
PDF Imprimer E-mail

Protocoles d'antibioprophylaxie chirurgicale du Centre Hospitalier de Tourcoing

Avant d'aller plus loin, lisez les précautions d'utilisation de ce texte

Rédaction

Date

Vérification

- Dr S.ALFANDARI

Revus et non modifiés
-04/09
-10/05
-12/03
Version initiale
-10/99
Commission des antiinfectieux

Dr I. BAUDLOT

Mme M.CAILLAUX

Dr T d’ESCRIVAN

Dr H. GEORGES

Dr O.LEROY

Dr A MEYBECK

Dr E.SENNEVILLE

Dr L SAMAIN

Dr L.THIRARD

Mme E.ZAWADZKI

Texte basé sur l'actualisation 1999 des "Recommandations pour la pratiques de l'antibioprophylaxie en chirurgie" issues de la Conférence de Consensus de la Société Française d'Anesthésie et de Réanimation en Décembre 1992 et sur la conférence de consensus sur la prophylaxie de l'endocardite bactérienne de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (1992)


Introduction ©SFAR
Principes généraux du choix d'un antibiotique pour l'antibioprophylaxie en chirurgie
L'infection est un risque permanent en chirurgie et l'on retrouve des bactéries pathogènes dans plus de 90% des plaies opératoires, lors de la fermeture.
Ceci existe, quelle que soit la technique chirurgicale, et quel que soit l'environnement (le flux laminaire ne supprime pas complètement ce risque).
Ces bactéries sont peu nombreuses mais peuvent proliférer. Elles trouvent dans la plaie opératoire un milieu favorable (hématome, ischémie, modification du potentiel d'oxydoréduction...) et l'acte chirurgical induit des anomalies des défenses immunitaires.
L'objectif de l'antibioprophylaxie en chirurgie est de s'opposer à la prolifération bactérienne afin de diminuer le risque d'infection postopératoire. La consultation pré-opératoire représente un moment privilégié pour décider de la prescription d'une antibioprophylaxie en chirurgie. Il est possible d'y définir le type d'acte chirurgical prévu, le risque infectieux qui s'y rapporte (et donc la nécessité ou non d'une antibioprophylaxie), le moment de la prescription avant l'acte chirurgical et d'éventuels antécédents allergiques pouvant modifier le choix de la molécule antibiotique sélectionnée.

Prescription de l'antibioprophylaxie
Elle s'applique aux chirurgies " propres " ou " propres-contaminées ".
Pour les chirurgies " contaminées " et " sales ", l'infection est déjà en place et relève d'une antibiothérapie curative dont les règles sont différentes notamment en termes de durée de traitement, la première dose étant injectée en période préopératoire. Néanmoins, lorsque le patient est pris en charge précocement (traitement chirurgical avant la 6ème heure), ce traitement curatif précoce s'apparente alors à une prophylaxie: il doit prévenir non pas la contamination, mais l'évolution de l'infection déjà en place.
L'antibioprophylaxie doit s'adresser à une cible bactérienne définie, reconnue comme la plus fréquemment en cause. Elle ne doit pas chercher à prendre en compte toutes les bactéries éventuellement rencontrées. Le protocole doit comporter une molécule incluant dans son spectre cette cible bactérienne. Des travaux acceptables doivent avoir validé son activité, sa diffusion locale et sa tolérance dans cette indication. Il est indispensable de sélectionner des molécules à spectre étroit d'activité et qui ont obtenu une AMM dans cette indication.
L'antibioprophylaxie (administrée généralement par voie intraveineuse) doit toujours précéder l'acte opératoire (dans un délai maximum de 1 h à 1 h 30) si possible lors de l'induction de l'anesthésie et durer un temps bref, période opératoire le plus souvent, parfois 24 heures et exceptionnellement 48 heures.

La présence d'un drainage du foyer opératoire n'autorise pas à transgresser ces recommandations.


Il n'y a pas de raison de prescrire des réinjections lors de l'ablation de drains, sondes ou cathéters.
Le caractère ambulatoire de la chirurgie ne fait pas modifier les protocoles habituellement utilisés.
La première dose (ou dose de charge) est habituellement le double de la dose usuelle.
Des réinjections sont pratiquées pendant la période opératoire, toutes les deux demi vies de l'antibiotique, à une dose similaire, ou de moitié de la dose initiale.

Malades présentant un risque infectieux particulier

Sujets potentiellement colonisés par une flore bactérienne nosocomiale
Sujets hospitalisés dans des unités à haut risque d'acquisition de ce type de flore:
unités de réanimation
centres de long séjour ou de rééducation.
Le risque existe alors d'une colonisation par des entéro bactéries multirésistantes ou du staphylococcus aureus méticilline-résistant.
Patients soumis à une réintervention précoce pour une cause non infectieuse.
Pour tous ces patients, un dépistage du portage de ces bactéries " à problème " peut être préconisé.
Le choix habituel de l'antibioprophylaxie peut être modifié par l'emploi, isolement ou en association, de molécules antibiotiques utilisés habituellement en traitement curatif.
Un avis spécialisé est alors souhaitable.

Les dérogations aux protocoles habituels doivent rester exceptionnelles. Le bénéfice potentiel pour le malade doit être évalué par rapport aux inconvénients pour la communauté:

apparition de résistances bactériennes.
coût:
Patients ayant reçu une radiothérapie, soumis à une chimiothérapie ou une corticothérapie. Les patients présentant un diabète déséquilibré, ceux très âgés, obèses ou très maigres sont à haut risque d'infection postopératoire. Cependant. ils présenteront des infections dues aux " bactéries cibles " de l'antibioprophylaxie.

Aucune transgression des protocoles habituels n'est justifiée chez ces patients.

Sujets porteurs d'une cardiopathie congénitale (sauf CIA) ou d'une prothèse
Si l'antibioprophylaxie pour un site chirurgical donné est antinomique avec celle prévue pour la prévention de l'endocardite, c'est cette dernière qui doit prévaloir. Chaque fois que cela est possible, il faut cependant essayer de prévenir le risque infectieux de la chirurgie et celui de l'endocardite. Lors d'une intervention chez un sujet porteur d'une prothèse articulaire, c'est la prophylaxie pour l'acte chirurgical prévu qui s'impose.
Transplantations
En ce qui concerne l'infection bactérienne, on peut schématiser deux situations:
malade ambulatoire: L'infection postopératoire est liée à des bactéries communautaires; I'ABP est choisie en fonction de l'organe greffé;
malade potentiellement colonisé par une flore nosocomiale: I'ABP est adaptée en fonction de l'écologie locale et inclut des molécules habituellement réservées aux traitements des infections déclarées.

Conclusions

La prescription de l'antibioprophylaxie fait partie intégrante de la consultation préopératoire. L'anesthésiste réanimateur et le chirurgien disposent de tous les éléments nécessaires à la prise de la meilleure décision: acte opératoire prévu. antécédents du malade (allergiques, infectieux), écologie de l'unité de soins. L'efficacité de l'antibioprophylaxie est prouvée pour de nombreux actes chirurgicaux. mais sa prescription doit obéir à certaines règles établies au gré des nombreuses études menées sur ce sujet: elle doit utiliser un antibiotique adapté à la fois à la cible bactériologique et à l'intervention concernée, afin d'obtenir des concentrations tissulaires efficaces sur le site de l'intervention.
elle doit être débutée avant l'acte chirurgical. de manière à ce que l'antibiotique soit présent avant que ne se produise la contamination bactérienne:
la durée de la prescription doit être brève, afin de réduire le plus possible le risque écologique de germes résistants entraîné par toute antibiothérapie.
Une injection unique préopératoire a prouvé son efficacité dans de nombreuses spécialités chirurgicales:
des taux tissulaires efficaces doivent être maintenus tout au long de l'intervention. jusqu'à la fermeture.
La couverture d'interventions de longue durée est assurée soit en utilisant un antibiotique à demi vie longue, soit à l'aide de réinjections peropératoires:
Enfin, à efficacité égale, le praticien doit opter pour le produit le moins cher.

Usage de la vancomycine en antibioprophylaxie chirurgicale ©FHUMIR

Elle est réservée à des cas particuliers bien définis:

Allergie "vraie" aux bêta-lactamines
Colonisation suspectée ou prouvée par du staphylocoque méticilline-résistant
Réintervention chez un malade hospitalisé dans une unité avec une écologie à staphylocoque méticilline-résistant.
Reprises opératoires précoces pour un motif chirurgical non infectieux (hématome, luxation...)
mais pas les reprises tardives
Antibiothérapie antérieure au cours de l'hospitalisation pré-opératoire

Protocoles ©SFAR

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE

La fréquence de l'infection postopératoire en chirurgie prothétique articulaire est de 3 à 5 %. L'antibioprophylaxie doit permettre de réduire le taux d'infection à moins de 1 %. Son bénéfice est d'autant plus net que l'intervention est réalisée en l'absence de flux laminaire.

L'intérêt de l'antibioprophylaxie locale par ciment imprégné d'antibiotique n'est pas établi.

Acte Produit Posologie Durée
Prothèse articulaire céfazoline 2 g préop. (réinjection de 1 g si durée > 4 h) puis 1 g/8h 48 h

(ou limitée à la période opératoire)

  allergie: vancomycine 15 mg kg préop. puis 10 mg/kg/8h 48 h (ou limitée à la période opératoire)
Chir orthopédique avec mise en place de matériel céfazoline 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 4 h)

greffe osseuse. Ligamentoplastie, fracture fermée allergie: vancomycine 15 mg/kg préop. dose unique
Chir orthopédique autre et arthroscopie diagnostique pas d ABP  
Fracture ouverte (grades I et Il) céfazoline 2 g préop. (réinjection de 1 g à la 4e heure) puis 1 g /8h 48 h
Même type de fracture avec plaie souillée augmentin 2 g préop. (réinjection de 1 g si durée > 2 heures) puis 2 g /8 h 48 h
  + gentamicine 2 à 3 mg/kg/24h 48 h
  allergie: clindamycine 600 mg (réinjection de 600 mg si durée > 4 h) puis 600 mg/6 h 48 h
  + gentamicine 2 à 3 mg kg/24h  
Polytraumatisme avec choc hémorragique augmentin 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 2 h)

  allergie: clindamycine + gentamicine 600 mg

3 mg/kg

dose unique'
Chirurgie du rachis sans mise en place de matériel pas d'ABP    
Chirurgie du rachis avec mise en place de matériel céfazoline 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 4 h)

  allergie: vancomycine 15 mg/kg préop. dose unique
Plaies carniocérébrales augmentin 2 g préop puis 1 g/6 h 48 h
  allergie: vancomycine 15 mg/kg/12 h 48 h
Fracture de la base du crâne avec rhinorrhée pas d'ABP    

Les reprises opératoires précoces pour un motif chirurgical non infectieux (hématome, luxation...) nécessitent une antibioprophylaxie différente de l'antibioprophylaxie initiale. On recommande la vancomycine dans cette indication. En outre, il peut être nécessaire de tenir compte des conditions écologiques propres au service ce qui peut conduire à l'adjonction d'une molécule active sur les bacilles à Gram négatif hospitaliers (céphalosporines de 3e génération par exemple). A l'inverse, les reprises tardives pour des causes mécaniques chez un patient ambulatoire ne nécessitent pas de modification de l'ABP initiale. Pour la mise en place d'une prothèse articulaire. il est possible de limiter la durée de l'antibioprophylaxie à la période opératoire. Bactéries cibles: S. aureus, 5. epidermidis. Propionibacterium, streptocoques, E. coli, K pneumoniae.

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE OPHTALMOLOGIQUE

Le risque infectieux majeur de la chirurgie de l'œil est représenté par l'endophtalmie dont l'incidence dans la chirurgie réglée a été évaluée en France à 3/1 000. L'antibioprophylaxie ne doit pas s'envisager à l'exception de la mise en place d'implant de seconde intention et de la chirurgie de la cataracte chez le diabétique. L'antibioprophylaxie locale par quinolone n'a pas été validée.

Acte chirurgical Produit Durée
Implant oculaire de seconde intention et cataracte chez le diabétique fluoroquinolone per os dose unique
Autres types de chirurgie réglée pas d'ABP  
Plaies oculaires fluoroquinolone + fosfomycine 24 h

Bactéries cibles: staphylocoques (dont S. epidermidis),Haemophilus influenzae.

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE VASCULAIRE ET THORACIQUE

La chirurgie vasculaire est une chirurgie propre à l'exception des gangrènes infectées.
L'abord du triangle de Scarpa, le terrain (diabète, âge, obésité) et les réintervention sont susceptibles d'augmenter le risque infectieux particulièrement redoutable en cas d'utilisation de prothèse.
L'intérêt de l'utilisation de l'antibioprophylaxie est clairement démontré pour diminuer le taux d'infection dans cette chirurgie.
La chirurgie thoracique non cardiaque peut être une chirurgie propre (chirurgie médiastinale) ou propre contaminée en cas d'ouverture des bronches ou de la trachée.
Acte Produit Posologie Durée
Chirurgie de l'aorte

Chirurgie vasculaire des membres inférieurs et des gros vaisseaux

Chirurgie carotidienne avec angioplastie prothétique

Exérèse pulmonaire

Chirurgie du médiastin

céfazoline 2 g préop. 1 réinjection de 1 g à la 4e h
  allergie: vancomycine 15 mg/kg préop. dose unique
Mise en place d'un stimulateur cardiaque voir ci dessus voir ci dessus dose unique
Chirurgie veineuse pas d'ABP    
Amputation de membre augmentin 2 g préop. puis 1 g/6 h, 48 h
  allergie: clindamycine+ gentamicine 600 mg/6 h

2 à 3 mg /kg/j

48 h
Médiastinoscopie pas d'ABP    
Plaie du thorax opérée idem chir vasculaire idem chir vasculaire 48 h
Drainage thoracique pas d'ABP    

Bactéries cibles: S. aureus, S. epidermidis, bacilles à Gram négatif.

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE ORL, STOMATOLOGIE ET CERVICOFACIALE

Dans la chirurgie cervicofaciale avec ouverture bucco-pharyngée (essentiellement la chirurgie néoplasique), le risque infectieux est élevé (30 % minimum).
De nombreuses études ont clairement démontré l'intérêt de l'ABP dans ce type de chirurgie.
Acte Produit Posologie Durée
Chirurgie rhinologique avec mise en place d'un greffon ou reprise chirurgicale céfazoline 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée > 4 h)
Chirurgie cervicofaciale avec ouverture bucco-pharyngée augmentin 2 g préop. réinjection de 1 g toutes les 2 h en période peroperatoire puis 1 g toutes les 6 h pendant 48 h
Chirurgie nasosinusienne avec méchage allergie: clindamycine 600 mg préop. 48 h (réinjection de 600 mg si durée > 4 h) puis 600 mg /6 h
  + gentamicine 2 à 3 mg/kg/24h 48 h
Chirurgie de l'étrier de l'oreille moyenne pas d'ABP    
Chirurgie alvéolaire prévention de l'endocardite    
Chirurgie des glandes salivaires pas d'ABP    
Cervicotomie pas d'ABP    
Curage ganglionnaire pas d'ABP    
Chirurgie vélopalatine pas d'ABP    
Arnygdalectomie pas d'ABP    
Chirurgie plastique et reconstructive:classe I d'Altemeier augmentin 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée > 2 h)
(chirurgie propre) allergie clindamycine 600 mg dose unique (réinjection de 600 mg si durée > 4 h)
Chirurgie plastique et reconstructive classe 2 d`Altermeier augmentin 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée > 2 h)
(chirurgie propre-contaminée) allergie: clindamycine 600 mg dose unique (réinjection de 600 mg si durée > 4 h)

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE DIGESTIVE

Chirurgie propre en l'absence d'ouverture du tube digestif, ou chirurgie propre-contaminée de classe 2 lorsque le tube digestif est ouvert.
Il est préconisé dans la majorité des cas une antibioprophylaxie limitée à une injection préopératoire éventuellement renouvelée pendant l'intervention en fonction de la pharmacocinétique de la molécule et de la durée de l'intervention.
La cœliochirurgie obéit aux mêmes principes que la chirurgie traditionnelle car l'intervention sur le site est identique.
Acte Produit posologie Durée
Chirurgie digestive sans ouverture du tube digestif céfazoline 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée>4h)
Chirurgie gastroduodénale      
Chirurgie biliaire      
Chirurgie pancréatique sans anastomose digestive      
Chirurgie hépatique      
Chirurgie œsophagienne (sans plastie colique)     dose unique (réinjection de 600 mg si durée > 4 h pour la clindamycine)
Hernie simple pas d'ABP    
Hernie ou éventration avec mise en place d'une plaque prothétique céfazoline 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée > 4 h)
  allergie: clindamycine

+ gentamicine

600 mg

2 à 3 mg/kg

dose unique (réinjection de 600 mg si durée > 4 h pour la clindamycine)
Chirurgie colorectale, appendiculaire** et de l'intestin grêle (y compris anastomose biliodigestive et plastie colique) céfoxitine 2 g préop. dose unique (réinjection de 1 g si durée > 2 h)
Plaies de l'abdomen allergie: flagyl +

gentamicine

1 g préop -

2 à 3 mg/kg

dose unique
Chirurgie proctologique flagyl 0,5 g préop. dose unique

 

* La prophylaxie des infections tardives post splénectomie n'entre pas dans le cadre de ces recommandations.
** Appendice normal ou inflammatoire et absence d'abcès, de perforation, de gangrène.
Bactéries cibles: E. coli, S. aureus méti-S, anaérobies (chirurgie sousmésocolique). Rôle pathogène de Enterococcus discuté pour la chirurgie avec ouverture du tube digestif.

ANTIBIOPROPHYLAXIE POUR LES ACTES ENDOSCOPIQUES ET LA RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Actes nécessitant une antibioprophylaxie pour la prévention d'une infection du site d'intervention.

Acte Produit Posologie Durée
Endoscopie des voies biliaires avec obstacle céfazoline 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée> 4 h)

Sclérose de varices œsophagiennes      
Ligature de varices œsophagiennes en période hémorragique

Gastrostomie endoscopique

allergie: clindamycine

+ gentamicine

600 mg préop

2 à 3 mg/kg

dose unique

 

Actes nécessitant une prévention de l'endocardite qui prime sur la prévention de l'infection du site d'intervention.
Endoscopie des voies biliaires avec obstacle
Sclérose de varices œsophagiennes
Dilatation œsophagienne
Coloscopie

 

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE UROLOGIQUE (URINES STÉRILES)

La chirurgie urologique se pratique
soit de nécessité sur des urines infectées justifiant une antibiothérapie curative,
soit sur des urines dont la stérilité est confirmée par la réalisation d'une uroculture avec compte de germes.
Bactéries cibles: entérobactéries (E. coli, Klebsiella, Proteus mirabilis...), Enterococcus, staphylocoques (5. epidermidis surtout).
Acte Produit Posologie Durée
Résection endoscopique de la prostate et des tumeurs endovésicales céfazoline 2 g préop. dose unique

(si durée > 2 h réinjecter 1 g)

Traitement endoscopique des lithiases rénales et urétérales allergie: gentamicine 2 à 3 mg/kg/préop. dose unique
Néphrectomie et prostatectomie radicale pas d'ABP    
Biopsie transrectale de la prostate fluoroquinolone per os (+ lavement rectal)   dose unique

(1 h avant la biopsie)

Cystectomie céfoxitine 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 2 h)

Prothèse pénienne céfazoline 2 g préop. dose unique
Sphincter artificiel allergie: vancomycine 15 mg/kg/préop. dose unique
Chirurgie scrotale pas d'ABP    
Incontinence urinaire pas d'ABP    
Urétrotomie, cystoscopie, fibroscopie urétrale prévention de l'endocardite chez les sujets à risque    

 

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNÉCOLOGIQUE ET EN OBSTÉTRIQUE

Pour les hystérectomies par voie vaginale, l'efficacité de l'antibioprophylaxie et ses modalités (dose unique avant l'induction) sont bien documentées.
Pour la chirurgie gynécologique par voie haute, malgré les résultats contradictoires de certaines études, l'analogie avec la chirurgie abdominale de classe 2 justifie de préconiser une antibiothérapie similaire y compris pour la celiochirurgie.
Pour les césariennes, il existe un consensus pour n'injecter l'antibiotique qu'après clampage du cordon ombilical.
L'antibioprophylaxie en chirurgie mammaire n'a été validée que par une étude. Une céphalosporine active sur les staphylocoques (céfazoline, céfamandole, céfuroxime) peut être préconisée.
Bactéries cibles: bactéries anaérobies, streptocoques, E. coli, S. aureus.
Acte Produit Posologie Durée
Hystérectomie et autres interventions par voie vaginale céfazoline 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 4 h)

Hystérectomie par voie abdominale Cœliochirurgie allergie: clindamycine +

gentamicine

600 mg

2 à 3 mg/kg

dose unique
Césariennes céfazoline 2 g après clampage du cordon ombilical dose unique
  allergie: clindamycine 600 mg après clampage du cordon ombilical dose unique
Interruption volontaire de grossesse doxycycline 200 mg per os 1 heure avant l'aspiration
Tumeur du sein (Patey), pose de gaines vectrices pour curiethérapie, reconstruction mammaire, céfazoline 2 g préop. dose unique

(réinjection de 1 g si durée > 4 h)

chirurgie plastique du sein allergie: clindamycine+ gentamicine 600 mg

2 à 3 mg kg

dose unique (réinjection de 600 mg pour la clindamycine)à la 4e heure
gynécomastie, tumorectomie simple pas d'ABP    
Plastie aréolo-mamellonaire pas d'ABP    
Dispositif intra utérin pas d'ABP    

 

PRÉVENTION DE L'ENDOCARDITE CHEZ LES PATIENTS CHIRURGICAUX A RISQUE

Des recommandations pour la prévention de l'endocardite infectieuse ont été faites en 1992 par la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) concernant les patients et les actes à risque. Elles ont été complétées par la SFAR pour certains types de chirurgie.

Acte Recommandations Spilf Propositions complémentaires
Actes portant sur les voies aériennes supérieures amoxicilline 2 g 1V

en 30 min en préopératoire

puis 1 g 6 h plus tard

Si ouverture bucco-pharyngée: augmentin 2 g 1V en 30 min en préopératoire, réinjection de 1 g toutes les 2 h en per-opératoire puis 1 g 6 h plus tard
  allergie:

vancomycine 1 g IV en 60 min ou

teicoplanine 400 mg IVD 1 fois

allergie: vancomycine 1 g 1V en 60 min ou teicoplanine 400 mg 1VD 1 fois
Interventions digestives amoxicilline 2 g 1V

en 30 min

puis 1 g 6 h plus lard +

gentalline 1.5 mg/kg en 30 mn 1 fois

Si chirurgie colorectale, appendiculaire ou du grêle péni. augmentin 2 g 1V en 30 min en préopératoire, réinjection de 1 g toutes les 2 h en per-opératoire puis 1 g 6 h plus tard + gentalline: 2 à 3 mg kg 1 fois
  allergie: vancomycine 1 g IV en 60 min ou

teicoplanine 400 mg IVD 1 fois +

Gentalline 1.5 mg /kg en 30 mn 1 fois

allergie: idem + flagyl 1 g préop.
Interventions urologiques amoxicilline 2 g 1V en 30 min puis 1 g 6 h plus tard + gentalline 1.5 mg/kg en perfusion de 30 mn 1 fois s Idem mais posologie augmentée: Gentalline 2-3 mg/kg
  allergie: vancomycine 1 g 1V en 60 min ou teicoplanine 400 mg IVD 1 fois + Gentalline 1.5 mg/kg en 30 mn 1 fois Idem mais posologie augmentée: Gentalline 2-3 mg/kg
Interventions génitales amoxicilline 2 g 1V en 30 min puis 1 g 6 h plus tard + gentalline 1,5 mg/kg en 30 min 1 fois Si ouverture voies génitales augmentin 2 g 1V en 30 min en préopératoire, réinjection de 1 g toutes les 2 h en per-opératoire puis 1 g 6 h plus tard + gentalline 2 à 3 mg/kg 1 fois
  allergie: vancomycine 1 g 1V en 60 min ou teicoplanine 400 mg 1V 1 fois + gentalline 1.5 mg /kg en 30 mn 1 fois allergie: vancomycine 1 g 1V en 60 min 1 fois ou teicoplanine 400 mg 1V 1 fois + gentalline 2 à 3 mg · kg' en 30 min 1 fois + imidazolé 1 g préop.

 
Copyright © 2014 Joomla. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.